“Ils sont des symboles. Mais que faire avec des symboles sinon y appliquer l'imagination inspirée, attachée à trouver leurs sens par une volonté obéissante aux lois de la cohérence intrinsèque et de la conformité aux faits de l'expérience extérieure et intérieure, matérielle et spirituelle ?”  (auteur anonyme, au sujet des arcanes majeurs du Tarot) 

Ben J. Gross, né à Londres en 1976 et diplômé en littérature à Leeds en 1999, est artiste-peintre et musicien installé dans le Roussillon depuis 2000.  Ses peintures figuratives trouvent leur inspiration dans la mythologie, la littérature et ses influences (Marc Chagall, Jerome Bosch, Francis Bacon...)   Depuis  2010 il consacre une grande partie de son travail à la recherche iconographique et à la reproduction des images du Tarot.  Se limitant aux 22 arcanes majeurs du jeu divinatoire, il emploie des techniques diverses (huiles, acryliques, enluminure, encres... ) 

A travers trois séries bien distinctes de 22 tableaux nous sommes invités à suivre l'évolution initiatique de l'artiste. Il met en scène et en lumière ces archétypes, il les situe dans des paysages, s'appuyant sur l'architecture préexistante de chaque lame. À mesure des séries, il accentue les traits des lames traditionnelles du Tarot dit “de Marseille”.  Le peintre figuratif montre que les arcanes fournissent une sorte de lexicographie visuelle , un vocabulaire symbolique qui s'enrichie et se multiplie par les interactions entre chaque arcane. 

“Le dessin, que d'un autre nom nous appelons trait, est ce qui constitue la source et le corps de la peinture, de l'architecture et de tous les autres genres d'art; c’est la racine de toutes les sciences.”   Michel-Ange 

Pascal Fouquet, né en 1958, est un dilettante de la poésie, vivant en Charente-Maritime qui, en 2015 a publié un recueil de 22 poèmes inspirés du Tarot.   Son écriture varie de la forme classique, à la forme néo-classique, rigoureuse, chargée de sens et de sonorité, parcimonieuse et précise.  Ses strophes sont le reflet des traits de chaque arcane, chacun d’eux étant investi de qualités multiples et parfois contradictoires.     À la recherche d'un illustrateur pour son recueil, il découvre “Major Arcana Revisited”, la deuxième série de Ben J. Gross - et une collaboration entre poète et peintre voit le jour.  

Leur deux oeuvres se trouvent associées dans “Poésie des Arcanes de Tarot Divinatoire” .  Deux disciplines artistiques puisant dans une même source iconographique et symbolique. 22 archétypes qui se manifestent grâce à l'alchimie de mots, de traits et de couleurs.   Leur art conjugué révèlent et affirment le Tarot comme oeuvre poétique, philosophique et artistique.  Ils partagent la  volonté de comprendre le Tarot comme outil de création, lequel exige de la tempérance dans l'imaginaire et de la rigueur dans la technique.   La contrainte pour le poète s'impose dans la syllabe et la mesure, pour le peintre dans le trait et l'espace.  

"l'importance des contraintes dans l'oeuvre ... l'application méticuleuse des règles du jeu très strictes, le recours aux procédés combinatoires, la création d'oeuvres nouvelles en utilisant des matériaux préexistants". 
Italo Calvino, dans l'introduction de son récit tarotique “Le Château des Destins Croisés” 

Poète et peintre rassemblés dans un défi créateur; la poésie, pour Pascal Fouquet, comme la peinture pour Ben J. Gross, sont des véhicules  artistiques d'une réconciliation entre le haut et le bas, l'individu et l'univers, le sacré et le profane, le matériel et le spirituel, entre le monde tangible des formes et le monde invisible des idées.

Ange modération, l'harmonie est mon chant. 
D'une cruche à l'autre, les forces s'équilibrent, 
S'écoulent apaisées. En moi soyez confiant 
Car de toute chose tant d'influences vibrent... 

Extrait de “Tempérance” de Pascal Fouquet 

Liens :  

www.benjosephgross.net 
www.librairietorcatis.com 
www.thebookedition.com/fr/poesie-du-tarot-divinatoire 

Vernissage le mardi 13 décembre à 18h, avec présentation et lectures d’une sélection de poèmes de Pascal Fouquet par Nicolas Caudeville, Laurent Battist et Ben J. Gross. 

 Permanence de l’artiste les samedis 10 et 17 décembre.

journal "L'Indépendant" du 18 mars 2015

journal "L'Indépendant" du 18 mars 2015

"Plus beau le Tarot de Marseille"

Article par Nicolas Caudeville sur le blog L'Archipel Contre-Attaque
L'archipel contre-attaque ouvre ses pages à l'artiste Ben Gross pour un suivi sur son second travail sur le tarot de Marseille. Ce n'est pas un travail divinatoire, mais une recherche pictural sur l'un des plus classique tarot divinatoire, les cartes ne seront pas publiées dans l'ordre chronologique, mais dans leur ordre de création par le peintre, ainsi le numéro 1, c'est le 7

 

Arcana Major Revisited : Episode 1

VII • LE CHARIOT

encre de Chine et gouache sur 320g papier aquarelle

30 x 15 cm

8-9 juillet 2014

La première lame que je tire de mon jeu de référence, le Tarot de Marseille de Jodorowsky & Camoin, c'est Le Chariot, qui porte le chiffre 7. Une symbolique énergisante, un véhicule, "on the road again" ... Je venais de terminer les toiles de mon premier jeu des 22 Arcana Major, avec la contestation que je n'avais que commencé à comprendre son langage. Pour s'approprier de chaque lame dans ses multiples angles, Jodorowsky les a portées avec lui partout pendant des jours, une par une. Je décide de les refaire, recopier, reproduire tel un musicien réinterprètera une chanson folk pour l'apprendre. C'est une étude, je m'impose une rigueur sobre ni de rajouter ni d'enlever de détails, contrairement aux envols Chagallesque de mon premier jeu. Chaque lame nécessite entre 15-20 heures de travail, tracer les traits en encre de chine, lavis successifs de peinture gouache et un médium de glacis ... Par la même discipline, je m'apprends la patience de l'illustrateur.

Le Chariot a bien démarré, propice pour les 21 cartes qui m'attendent. J'ai vite rencontré quelques soucis de proportions, révélant une tenace résistance à la symétrie dans la carte d'origine. D'abord, tout semble en équilibre, équi-proportionel - et la distribution des couleurs semble naïf, aléatoire. Mais les clés de ce langage visuel du Tarot sont dans ces détails, les traits, les vides. Les anomalies sont là pour se faire remarquer.

En tant que première carte tirée et exécutée pour ce projet de lecture narrative, Le Chariot sera quelque part le protagoniste qui conduira sur le chemin de l'inconnu, ainsi il s'associe avec Le Mat. Je n'ai pas posé de question spécifique aux cartes par rapport l'ordre de tirage, mais je suppose et j'espère que cela révèlera des cadences de la nature même du Tarot, en se débarrassant du bruit farfelu que l'on impose sur les lames. Je les aperçois comme un miroir du présent, donc peut-être le fait de les mettre face à eux-mêmes créera un mis-en-abîme de symboles à l'infini.

" Ben J. Gross est bien connu de part et d'autre des Corbières, comme chanteur et comme plasticien. Poet, singer & painter. Bref c'est un artiste en chair et en os. Jeune, battant, tenté par le jeu et même un certain...ésotérisme. Chacun est comme il se fait. Lui c'est avec ses mains. Et, il persiste et signe, et continue à montrer et faire entendre ce qu'il est pensif et dynamique, plurilingue (anglais, français, catalan...) pour s'ouvrir le plus possible aux publics qu'il attire. Depuis le 6 mars jusqu'au 29 avril, Ben J. Gross, si vous l'appelez simplement Ben (même si vous ne le connaissez pas trop, il vous clignera un sourire sympathique), il présente un assortiment de ses dernières oeuvres à la Médiathèque de Toulouges, au "Mil.lenari". Une trentaine de pièces sur sa marotte présente le "Tarot de Marseille". Là, vous vous dites, drôle de garçon, que ce type-là! Ne vous effarouchez pas, Ben ne joue aux dames ni avec le Diable ni avec ses neveux, mais avec des figures, des assemblages, des combinaisons, des coloris qui ne peuvent qu'attirer qui met un peu d'irrationnel dans les rouages de son cartésianisme sec. Ca n'est qu'un jeu de créativité, voyons... et de toutes façons le "Mil.lenari" n'est le sanctuaire d'un millénarisme quelconque, mais plus simplement et innocemment la traduction catalane du mot "Millénaire". Savez-vous comment Ben appelle ses peintures? - "Biblio-Labyrinthes".
 

Information qui mérite de ne pas passer inaperçue et qui met Ben J. Gross, cette fois-ci, sur scène. Le 18 mars (jour de la Saint-Patrick, le plus Irlandais des saints-patrons), il offrira au public de Toulouges et des environs un concert solo en hommage au chanteur catalan Joan Pau Giné, dont la découverte de l'oeuvre lui a tissé un lien intime avec le pays et ses gens. Son adhésion fétichiste au poète de l'"Adiu ça va" et de la "Bona nit cargol", remonte déjà à plusieurs années et a été marquée par des traductions de textes, des interprétations en récital et en CD de choix de chansons (en catalan, anglais et même en français). Ben a été de toutes les manifestations et tournées d'hommage à Giné (1983 et 1993), en tant que membre du Col.lectiu "Joan Pau Giné" ou en solitaire tel un "lonely cow-boy" avec son stetson sur la tête, la guitare dans les mains et l'harmonica en bouche. Merveilleux et attachant country Ben, il suffit de l'entendre moduler en percutant manifeste écologique (parmi les premiers manifestes du genre) "Hi ha merda al mar". Il est donc logique de retrouver dans le "Canten Giné" mais avec le pseudonyme, "Benquebufa " (le vent qui souffle), que lui "tailla sur mesure" le chanteur Pere Figuères à leur première rencontre, et avec une chanson en français "Je chante" -qui, affirmatif, n'est pas du Trenet.

Article by MET BARRAN http://metbarran.canalblog.com  mars 2015 - Remerciements !